Les festivités marquant la célébration du drapeau national, le 18 mai, constitue à Jérémie, depuis tantôt dix ans, l’un des rares événements réunissant toutes les couches de la population. Cette année encore, une quarantaine de troupes, scouts, écoles, fanfares, majorettes, organisations de femmes, ont célébré grandiosement la fête du drapeau.

Publié le 2014-05-20 | Le Nouvelliste

National –

Mi-février. Le visiteur séjournant pour la première fois dans la ville de Jérémie s’étonne que la ville soit aussi matinale. Chaque week-end, avant l’aube, amassés aux abords de la place Dumas, au cœur de la ville, et défilant jusqu’à la veille du jour J, des milliers de jeunes écoliers et autres groupes, en Jeans et T-shirts, s’entraînent, enthousiastes, sous la houlette de Jean St-Fleur, appelé communément « commandant », pour se préparer à fêter le bicolore national, le 18 mai. « Nous engageons dans cette activité tout ce qu’il nous reste de fierté et d’amour pour les valeurs de notre pays », a confié, lors, Ronald, un jeune en classe de rhéto. Un nonagénaire jubile Et le 18 mai, c’est l’apothéose ! Jérémie se réveille bigarrée et, de l’église aux coins des rues, toutes les conversations tournent autour des festivités commémoratives du jour. 8 heures 30 a.m.. Déjà, au centre-ville, les DJ jouant la musique altière commencent l’animation. Quelques minutes plus tard, entraînée par ce rythme et celui des fanfares, une caravane humaine aux teintes multicolores, à dominance bleu et rouge, sous le leadership de Jean St-Fleur, celui qui a drainé toutes les énergies vers la réalisation de l’événement, se mue allègrement à travers les principales artères d’une ville debout. Destination finale, le parc Saint Louis de Jérémie. Rencontré au passage, Maurice Léonce, bientôt 93 ans, mais bien ingambe, moniteur sportif et poète à ses heures, l’air solennel avec sa perpétuelle cravate, commente l’événement. « Mon enthousiasme vient de l’harmonie extraordinaire, du mariage des couleurs qui donne à l’événement une autre dimension », confie-t-il d’une voix vigoureuse. Il en profite pour adresser ses hommages au « commandant » St-Fleur qui, aidé de son équipe, a rendu tout cela possible. « Cette façon de faire, ajoute-t-il, inculque aux jeunes le désir, l’engouement de servir leur pays, en dépit de ses difficultés, pour en améliorer le visage ». « Par la dimension de cette célébration, croit M. Léonce, nous prouvons au monde que nous demeurons un grand peuple ». Des cœurs unis pour un moment d’extase Au parc Saint-Louis de Jérémie, le public a déjà pris place. Il grandit considérablement autant que s’écoulent les minutes. Depuis l’évêque de Jérémie, Joseph Gontran Décoste, qui a béni la cérémonie, le délégué et le vice-délégué, Norman Wiener et Schiller Torchon, les représentants du Ministère à la Jeunesse, au Sport et à l’Action civique (MJSAC), Agnus Chéry, de la PNH, des directions des services déconcentrés, jusqu’à l’homme du jour, Jean Saint-Fleur, tous les cœurs, à l’évidence, battaient au rythme du spectacle qui s’offrait à leurs vues. Chants, sketches, déclamations de textes, danses, exécutions de figures acrobatiques. Entre autres, des pyramides humaines, défiant les lois de la pesanteur, et au-dessus desquels les jeunes arrivent à faire flotter le bicolore national, c’est l’extase autant pour les jeunes acteurs en piste que pour les spectateurs innombrables, festoyant jusqu’à 7 h p.m., et encore sous la pluie! Cette dernière image, aux dires du commandant St-Fleur, lui remet en mémoire la marche des troupes de Dessalines laissant l’Ouest, sous des pluies torrentielles, vers le Nord en vue d’engager les dernières batailles pour la conquête de l’indépendance. « C’est aussi un indicateur du niveau de civisme des Grand’anselais », a-t-il indiqué. Notre interlocuteur dit éprouver une certaine fierté d’y avoir contribué. Il estime aussi que la préparation en vue de la célébration du bicolore à Jérémie, depuis le comité permanent qu’il a institué vers les années 2000, rejoint par le MJSAC, a su développer chez les jeunes l’esprit d’équipe, l’acceptation de l’autre, la tolérance ». Il est rejoint dans ses vues par le délégué départemental, Norman Wiener, et l’agent exécutif intérimaire, Ronald Etienne qui, tout en le remerciant pour ses efforts, appellent les Grand’anselais à maintenir cette communion d’esprit et de cœur vers la réalisation d’un but supérieur aux intérêts personnels. M. Agnus Chéry, du MJSAC, a pour sa part indiqué que les acteurs sociopolitiques de toutes tendances doivent saisir l’opportunité de cette célébration pour un « chita ansanm », un dialogue productif en vue du développement de la région. Une satisfaction sans borne De la jeune Anne Rebecca Chéry, 13 ans, du Collège Saint-Louis, qui a ébloui le public en interprétant majestueusement « Ayiti cheri » d’Emeline Michel, au jeune Zamy Lovinsky, 23 ans, natif de Jérémie revenu de l’Arcahaie, emmené par Jean Saint-Fleur, et où il avait charmé le public par une composition de son cru sur le 18 mai, exploit qu’il a récidivé au parc Saint-Louis, aux aînés, représentés par M. Maurice Léonce et participant en grand nombre aux festivités, la satisfaction paraît sans mesure. Pour le nonagénaire qui, au vu de la performance spontanée des jeunes, souhaite avec d’autres acteurs l’érection dans la région d’écoles de sport, d’art dramatique, d’expression artistique et esthétique, « c’est la satisfaction d’un devoir accompli envers le drapeau, symbole d’unité, l’illustration de l’idée qu’une fois rassemblés autour du bicolore, beaucoup peuvent être accompli ». Jean Saint-Fleur, à la voix devenue atone par l’épuisement, tire de cette célébration unique du bicolore national à travers le pays la satisfaction que l’État, la communauté haïtienne jusqu’aux compatriotes de la diaspora se sont appropriés l’événement dans la dimension que lui a conférée Jérémie depuis cette dernière décennie, jusqu’à vouloir l’adopter comme modèle à mettre en œuvre dans les autres régions du pays.

Yvon [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like